FERMETURE DE L’ESPACE AÉRIEN: Un couteau à double tranchant.

La durée totale d’un vol direct Abidjan-Paris est d’environ 06:35 heures, en considérant une distance moyenne de 4.876,65 km. Ce trajet est privilégié par les compagnies aériennes car il permet le survol du Mali et donc un vol en quasi-ligne droite et plus court. Si les compagnies aériennes sont obligées de contourner l’espace aérien Malien, il faudrait alors un détour que j’ai matérialisé en rouge en survolant le Burkina, le Niger pour rejoindre l’espace aérien Algérien. J’évalue ce détour à +/- 650 km.
Quant au trajet en noir, n’en parlons même pas. Cette distance additionnelle de 650 km va immanquablement générer une durée de vol plus longue et donc un chamboulement de la programmation des vols et des correspondances aéroportuaires. Ce qui est déjà un gros problème du fait de l’encombrement des couloirs aériens.
Il y a aussi le surcoût de la consommation de kérosène que les compagnies aériennes, à la trésorerie déjà mise à mal par les restrictions de voyage du COVID-19, ne peuvent supporter. C’est précisément la combinaison de ces deux contraintes qui avait rendu inefficaces et inopérantes les sanctions européennes d’interdiction du survol de la Biélorussie l’été dernier car il a fallu à l’UE de verser des dédommagements importants à ces compagnies.
Je me demande si la CEDEAO a réfléchi à tous ces facteurs avant de prendre les décisions d’hier.
Kristiaan Kaz-immirh

About The Author

Vous pourriez être intéressé par

Laisser un commentaire