Hamadoun Amion Guindo (CSTM)
0

Célébration de la Journée internationale du Travail : Hamadoun Amion Guindo, de la CSTM interpelle les autorités de la transition sur la cherté de la vie

La Journée Internationale du Travail a été célébrée au Mali comme dans plusieurs autres pays du monde. Cette célébration a été faite à travers les syndicats nationaux des travailleurs. A cette occasion, la Confédération Syndical des Travailleurs du Mali (CSTM) a célébré cette journée par la tenue d’une conférence débat, mardi 10 Mai 2022 à leur siège sis au Quartier du fleuve. Le thème retenu pour cette année était « Le Mali notre destin commun approprions nous en ».
Communaute Economique Etats Afrique Ouest CEDEAO Embargo UEMOA Mali 01
0

MALI / CEDEAO TOUJOURS LE STATU QUO : A quoi jouent les autorités ?

Rien qu'à cause des sanctions qui sont aujourd'hui insupportables pour les populations, les autorités maliennes devraient arriver à un compromis avec la CEDEAO en proposant un chronogramme raisonnable. Au lieu de cela on entretient la crise en prolongeant la souffrance des paisibles citoyens qui ne demandent rien d'autres qu'un minimum vital. Le Mali pourrait- il continuer à vivre en autarcie ? Les autorités sont-elles conscientes de la souffrance du peuple ? A quoi jouent les autorités maliennes ?
Logements sociaux
0

ATTRIBUTION FRAUDULEUSE DES LOGEMENTS SOCIAUX AU MALI KOURA : A quand les résultats des enquêtes promises par les autorités ?

Le Mali Koura tant vanté par les autorités de la transition et tant espéré par le peuple malien semble être une grosse illusion tant les pratiques décriées et reprochées aux anciens régimes qui se sont succédé au Mali ont refait surface et de la manière la plus impétueuse. L’attribution frauduleuse des logements sociaux est désormais le symbole du Mali Koura en déperdition. Jamais une attribution des logements sociaux n’a été aussi scandaleuse que celle de la transition d’Assimi Goïta et de Choguel Kokala Maïga. A des noms fictifs sur la décision se sont ajoutés des quotas octroyés à ceux qui n’en ont pas besoin, en passant par des noms de ministre en fonction ou la fille du premier ministre.
Mahmoud-Dicko
0

MAHMOUD DICKO AUX AUTORITES DE LA TRANSITION : « Il faut éviter l’excès et la démesure »

Très discret depuis sa dernière sortie où il a fait de graves révélations, l’imam Mahmoud Dicko a profité de son sermon du vendredi pour jeter des pierres dans la mare des autorités de la Transition qu’il invite à être mesurées. Ce, sans les nommer. « Il n’y a pas plus puissant que le bon Dieu, capable de mettre fin au monde en un clic. Mais, il ne le fait pas. Cela, parce qu’il est patient et tolérant. » C’est par ces mots qu’il introduisit sa séance de prêche.
Moussa Faki Mahamat chef délégation de l’Union Africaine Abdoulaye Diop ministre Affaires Etrangere Mali
0

BRAS DE FER MALI / CEDEAO : Un terrain d’entente en gestation

Les autorités de la transition du Mali et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ne mangent pas dans la même assiette depuis un certain moment. Chaque camp tente de défendre son intérêt, mais ce n’est pas la solution. Vu que le Mali est un des pays clés de cette organisation sous régionale. Le bras de fer s’achemine vers sa fin. Un terrain d’entente est en pleine gestation pour amorcer une solution à cette crise.
STABILISATION-DES-PRIX-Les-autorités-veillent-au-grain
0

STABILISATION DES PRIX : Les autorités veillent au grain

Malgré la morosité de la conjoncture économique mondiale due au Covid-19 et l’embargo imposé au Mali par la Cedeao, le gouvernement, soucieux du panier de la ménagère, déploie des efforts considérables pour maintenir les prix des denrées de première nécessité à un niveau accessible à la bourse des Maliens. « Il n’y a pas de feu en la demeure », rassure la Direction générale du commerce, de la consommation et de la concurrence (Dgcc).
Opposition malienne se trompe-t-elle de combat
0

PROLONGATION DE CINQ ANS PROPOSEE PAR LES AUTORITES A LA CEDEAO : L’Opposition malienne se trompe-t-elle de combat ?

Après les Assisses Nationales de la Refondation qui ont rassemblé l’ensemble des couches socioprofessionnelles du Mali et dont les résolutions et les recommandations sont exécutoires, une frange de la classe politique s’insurge contre cette volonté populaire et fait feu de tous bois. Réunis en conférence de presse unitaire au siège du PARENA pour, disent-ils, défendre « les principes démocratiques du pays », Djiguiba Keita et ses compagnons de lutte comme Amadou Koita exigent un retour à l’ordre constitutionnel par la voie d’élections dans les délais les plus courts possibles. L’opposition malienne se trompe-t-elle de combat ? Pourquoi fait-elle de la tenue des élections la seule et principale règle condition pour un retour à l’ordre constitutionnel ?