TRANSITION AU MALI : Le CPS de l’Union africaine a-t-il pris à contre-pied la CEDEAO en proposant 16 mois ?

Dans le communiqué publié sur les conclusions de sa réunion tenue le 14 janvier 2022 sur la situation au Mali, le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) demande auxautorités de la transition de proposer un calendrier électoral en commun accord avec les parties prenantes, mais ne dépassant pas 16 mois. Le Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) a notamment exprimé son «soutien total» à tous les efforts visant à créer les conditions nécessaires pour favoriser le retour à l’ordre constitutionnel au
Mali…
 
Le conseil a aussi pris acte des conclusions des Assises nationales de la Re fondation (ANR) qui ont présenté des recommandations importantes sur les mesures politiques, institutionnelles et sécuritaires vitales pour la paix et la stabilité du Mali. Il a ainsi mis en exergue la nécessité pour toutes les parties prenantes maliennes de s’engager dans le dialogue et de continuer à travailler ensemble dans le cadre de l’Accord de Paix et de Réconciliation pour le Mali de 2015… Il a aussi demandé au président de la Commission de s’engager rapidement et directement avec les autorités maliennes de transition et toutes les parties prenantes, y compris la Cédéao, en vue de finaliser un calendrier électoral plus pratique qui sera acceptable pour toutes les parties prenantes maliennes et qui aboutira à un retour rapide à un gouvernement dirigé par des civils…
 
Le CPS s’est félicité de la proposition faite par la Ré publique algérienne démocratique et populaire d’accompagner la République du Mali et la Cédéao sur la voie salutaire de la compréhension mutuelle et les a appelé à «s’engager ensemble dans cette initiative afin de traiter les points de divergence en suspens en vue de faciliter le retour du Mali à l’ordre constitutionnel dans un délai approprié et réalisable, ne dépassant pas 16 mois»…

About The Author

Vous pourriez être intéressé par

Laisser un commentaire