Edito : Les FAMA, dernier espoir d’un peuple martyr

Les forces de Défense et de sécurité du Mali, FAMA, font l’objet d’accusations graves d’exactions contre les civils, par la France et ses alliés, après les opérations réussies de Moura dans le cercle de Djenné. Ces gravissimes accusations portées contre l’armée malienne sont-elles faites à dessein pour saper le moral des troupes qui montent véritablement en puissance depuis plus de quatre mois ? La France a-t-elle digéré son humiliation d’être chassée comme un mal propre par une de ses ex colonies ? en attendant la fin des enquêtes chacun peut disserter sur le sujet en sa manière.

On peut affirmer sans risque de se tromper que la France et ses alliés n’ont pas du tout digéré le choix politique fait par les autorités maliennes, lequel choix exclut totalement l’ancienne puissance coloniale et ses alliés occidentaux de la gestion de la crise liée au terrorisme et surtout du débat politique. Ainsi pour se venger et faire en sorte que la transition malienne échoue, ils ont commencé à faire une campagne de diabolisation contre la société privée Russe Wagner. Qu’ils accusent d’être des mercenaires sans foi ni loi. Une campagne médiatique à outrance a été organisée par les médias à la solde de la France. Les accusations d’exactions s’inscrivent en droite ligne de cette dynamique de diabolisation et de dénigrement des FAMA qui malgré tout ont fait en moins de cinq mois ce que les forces étrangères réunies n’ont pas pu en en huit ans. Donc il y a forcément une campagne d’intoxication, de désinformation et de diabolisation de l’armée malienne et leurs partenaires russes. Ces accusations n’ont d’autres objectifs que de saper le moral de troupes. L’ennemi est en débandade totale, la peur a changé de camp, cette montée en puissance fait forcément des jaloux.

A la question de savoir est ce que l’armée malienne est exempte de reproches quant à sa présumée implication dans des exactions des civils, les résultats des enquêtes le prouveront, mais d’ores et déjà la hiérarchie militaire est interpellée. S’il s’avère réel que des brebis galeuses, comme elles en existent partout, ont commis une quelconque exaction elles doivent subir la rigueur de la loi, car le Mali Koura doit être synonyme d’impunité et de fermeté. En attendant les résultats des enquêtes l’armée continuera à avoir le soutien d’une frange importante du peuple qui voit surtout en elle un outil de défense de l’intégrité territoriale et de la souveraineté retrouvée. Aujourd’hui nombreux sont les maliens qui pensent que même si les enquêtes venaient à reconnaitre la responsabilité de l’armée dans des bavures, elle aura toujours le soutien du peuple, car toutes les grandes armées du monde ont commis les mêmes bavures et exactions dans les théâtres des opérations, soit volontairement ou non. C’est le cas de la France au Mali, en Côte d’Ivoire, en Algérie et même en Centre Afrique. Que dire des escadrons de la mort cachés sous le vocable des Blacks Waters, une société privée américaine qui a commis des exactions en Irak et en Afghanistan.

En somme, pour un pays qui a été traumatisé par plus d’une décennie de guerre contre le terrorisme, il est très difficile pour ce pays, qui commence à voir le bout du tunnel, d’accepter qu’on jette en pâture son armée qui lui donne le sourire. Mais il serait bon que nos porteurs d’uniformes méditent cette citation de Rabalais : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » donc une moralisation et une observation des principes des droits de l’homme s’impose.

Youssouf Sissoko

About The Author

Vous pourriez être intéressé par

Laisser un commentaire