LA BANK OF AFRICA : Bonne santé financière en dépit du contexte incertain et difficile

C’est en présence de la communauté financière ouest africaine (sociétés de bourses, investisseurs institutionnels publics et privés, ainsi que la presse.) que le groupe BOA a présenté le 7 avril 2022 les résultats au titre de l’année 2021 de ses 6 filiales cotées à la BRVM (BOA Sénégal, BOA Mali, BOA Niger, BOA Burkina Faso et BOA Côte d’Ivoire)

Le moins que l’on puisse dire est qu’en dépit du contexte difficile marqué par la pandémie et l’insécurité, ce sont des résultats records qui sont au rendez-vous.

avec un total bilan de 6160 milliards de FCFA le résultat net consolidé se situe à 69 milliards de FCFA au 31 décembre suite à une croissance du résultat brut de plus 13 % au cours de cet événement organisé dans le flambant hôtel Noom d’ Abidjan et qui était suivi sur les réseaux sociaux et en présence du staff de la holding venu spécialement de Dakar et de Casablanca ( Amine Bouabid   zebdani DGA groupe et Mamadou Igor Diarra D.R UEMOA) , la directrice des participations Madame laura Tran a défilé les résultats des banques des différents pays . La cérémonie a également enregistré la présence de tous les DG et celle de Redouane Toubi de la BOA Mali (première née du groupe) où toute cette success story a débuté. On peut noter également que les banques ont vraiment le vent en poupe avec des résultats positifs record au Burkina 21 milliards, Bénin 17 milliards RCI 16 milliards, Sénégal 11 milliards, Niger 9 milliards et le Mali 2 milliards de FCFA.

D’une manière générale, les créances affichent une croissance de 7,7% et les dépôts de la clientèle sont en forte progression de 12,2%. Le résultat net consolidé du groupe ressort à 164 millions d’euros soit 108 milliards de FCFA

En somme le Groupe BOA tient bon en dépit du contexte mondial marqué par le conflit Russo Ukrainien et surtout la pandémie du COVID-19. Cette performance est due en grande partie à l’engagement du personnel du Groupe et surtout aux cadres de ses filiales pays dont celle du Mali qui est l’une des filiales pilotes. Le Mali est sans nul doute l’une des premières filiales de la sous-région. Elle est certainement à la base de cette performante qui elle-même est l’œuvre  des cadres qui ont une certaine expertise  comme notre compatriote, l’ancien ministre des finances, Mamadou Igor Diarra. Vivement la prochaine session du groupe BOA pour une Afrique émergente.

M. Yattara

About The Author

Vous pourriez être intéressé par

Laisser un commentaire