AFFAIRES DES 49 MILITAIRES IVOIRIENS : La Côte d’Ivoire reconnaît enfin sa responsabilité

Dans le cadre de la 3e réunion du Groupe de suivi et de soutien à la Transition au Mali, le ministre Abdoulaye Diop est arrivé à Lomé (Togo) le samedi 3 septembre 2022 où il a été accueilli par le ministre togolais des Affaires étrangères, de l’Intégration régionale et des Togolais de l’Extérieur, M. Robert Dussey.

Le tête-à-tête entre les deux ministres a été suivi d’un point de presse au cours duquel, il a été annoncé la libération, à titre humanitaire, des trois femmes figurant parmi les 49 soldats ivoiriens arrêtés à Bamako le 10 juillet dernier. Cette annonce a été précédée de la déclaration lue par le ministre directeur de cabinet du président de la République de Côte d’Ivoire, M. Fidèle Sarassoro, qui a reconnu la responsabilité de son pays dans cette affaire.

Selon M. Fidèle Sarassoro, «la Côte d’Ivoire déplore que des manquements et des incompréhensions aient été à l’origine de cet évènement fortement regrettable. La Côte d’Ivoire soucieuse de maintenir des relations de bon voisinage avec le Mali, s’engage à respecter les procédures des Nations Unies, ainsi que les nouvelles règles et dispositions maliennes édictées relatives au déploiement des forces militaires au Mali».

Et de poursuivre, «afin d’aplanir les divergences existantes et de contribuer ainsi à la préservation de la paix et la stabilité dans la sous-région, la RCI s’engage à poursuivre de manière transparente et constructive avec le Mali les échanges et les discussions sur tous les sujets d’intérêt commun». Ce mea-culpa ouvre la voie à la libération des 46 autres soldats écroués à Bamako.

«Nous sommes heureux d’aboutir à ce dénouement partiel», a réagi le ministre togolais des Affaires étrangères. Et M. Robert Dussey, au nom du président Faure Gnassingbé du Togo, a remercié le président de la Transition, Colonel Assimi Goïta pour son geste hautement humanitaire. Illégalement déployés au Mali, les 49 soldats ivoiriens ont été interpellés le 10 juillet 2022 à l’aéroport de Bamako. Et cela parce que leur arrivée sur le sol malien n’avait pas fait l’objet de notification ni d’autorisation préalables.

(Visited 17 times, 1 visits today)

About The Author

Vous pourriez être intéressé par

Laisser un commentaire