MAUVAISE GOUVERNANCE : Quand le ‘’Malikura’’ emboite le pas au ‘’Malikoro’’

Ayant placé une confiance inouïe en les autorités de la transition qui tirent leur légitimité du grondement populaire qui a eu raison du régime Ibrahim Boubacar Keïta, le peuple malien perd de plus en plus espoir. Cela, à cause notamment d’une série de scandales liés à l’attribution frauduleuse  des logements sociaux et au concours d’entrée à la police nationale.

Jeudi 21 avril dernier, les sujets sur l’attribution frauduleuse des logements sociaux et le concours de la police nationale ont encore refait surface. C’était dans le cadre des questions d’actualité adressées au Premier ministre Choguel Kokalla Maïga par le Conseil National de Transition, sur le Plan d’actions du gouvernement (PAG). Un exercice hautement démocratique. Encore une fois, le PM s’est prononcé sur l’épineuse question sans pour autant convaincre les Maliens. La seule chose à retenir dans le discours du locataire de la primature est que ce sont des pratiques qui « se faisaient dans le passé ». Cette phrase du PM vient corroborer une enquête menée par notre rédaction depuis belle lurette.

En effet, selon des sources bien introduites,  une sorte de quotas a été instauré par les responsables politiques dans les recrutements et privilèges accordés aux nécessiteux (logements sociaux). Ce népotisme qui ne dit pas son nom vise à récompenser leurs militants et proches collaborateurs avec souvent des postes de responsabilité dans la fonction publique ou lors des concours de recrutement de masse.

Une source rappelle que sous feu président Ibrahim Boubacar Keita, le même privilège était accordé notamment à Karim Keita, alors président de la commission défense, et de Moussa Timbiné, vice-président de l’Assemblée nationale, qui auraient eu à introduire des proches, notamment à l’Institut national de prévoyance sociale (Inps).

Pour l’administrateur qui a souhaité garder l’anonymat, c’est cette même pratique contraire à l’esprit du Malikura qui continue sous le gouvernement Choguel Kokalla Maïga. En témoignent l’attribution frauduleuse des logements sociaux et le scandale lié au concours de la police nationale. La source va jusqu’à dévoiler que l’unique but est de récompenser les jeunes du M5-RFP qui soutiennent bec et ongle les actions du Premier ministre.

Ces actes ont fait des centaines de milliers de victimes. C’est pourquoi, à chaque concours, un nouveau collectif de défense se dresse contre l’administration.

Ce qui est sûr, c’est que ces pratiques ont fragilisé le régime IBK qui a fini par mordre la poussière. Suffiront-elles pour décrédibiliser la transition ?

Le temps nous édifiera !

 

Abdrahamane Baba Kouyaté

About The Author

Vous pourriez être intéressé par

Laisser un commentaire