RÉSEAUX SOCIAUX : les progrès technologiques ont rendu le monde malléable à volonté par des puissances occultes

Notre dossier publié sur les réseaux sociaux, il y a deux semaines (Le matin N°545 du mercredi 24 août 2022) a suscité et continue de susciter de nombreuses réactions. C’est le cas de notre fidèle lectrice de Metz (France) Sonia qui ne s’est pas contentée de nous féliciter pour la pertinence du sujet, mais elle a tenu aussi à apporter sa contribution au débat. Nous vous la proposons ici.

Très bel article sur les réseaux sociaux qui m’ont toujours mis mal à l’aise car trop d’inconnus et beaucoup de choses que je n’arrive pas à décrypter, principalement au niveau du langage ou du jargon utilisé à travers ces plateformes sans visage.

Je t’avoue ne pas connaître TikTok et franchement cela ne m’intéresse pas. Je préfère encore mon bon vieux système qui consiste à écrire un courrier pour donner et demander des nouvelles ainsi que le téléphone pour les urgences et les affaires du quotidien. Faut-il persévérer dans ce domaine pour conserver notre autonomie ? Probablement que oui puisque tout passe de nos jours par ce monstre vorace qui se gave de nos activités virtuelles qu’ils transforment, détournent à son avantage si l’on y prend garde.

Cependant, il y a aussi des choses intéressantes sur ces réseaux sociaux. Mais, comme une médaille, il y a toujours un revers. Récemment j’ai visité un musée d’images dans les Vosges à Epinal (). C’est un musée qui retrace l’histoire de ces images très connues en France et peut-être dans d’autres pays car elles offrent un charme nostalgique de notre ancienne époque ainsi que de bons souvenirs comme l’odeur du papier mélangé à l’encre.

L’une des particularités de ces images consiste à y intégrer une seconde image en trompe l’œil ou chercher un indice qui n’apparaît pas de suite (un jeu visuel). Pour ceux qui ne pouvaient pas s’offrir les petits soldats de plomb, il existait toute une série de planches à découper pour créer sa propre armée. Et pour les petites filles, il y avait des poupées en papier épais ainsi que des décors à monter pour recréer le quotidien ou son univers.

Nous sommes bien loin de ce que nos jeunes connaissent et comme tu le dis si bien, ces modèles servaient à nous préparer à devenir des adultes autonomes et responsables alors que le multimédia donne tout sans aucun effort. D’ailleurs la visite de ce musée était inter active et consistait à se promener dans 4 immenses pièces avec des écouteurs sur les oreilles ainsi qu’une tablette en «3D» que je pilotais à ma guise. Il suffisait de scanner l’objet en question pour le voir s’animer et même participer à la réalisation d’une image en actionnant certaines mains d’œuvre grâce à l’application internet.

Je pouvais me déplacer à ma guise dans ces grands espaces tout en restant assises sur une chaise car le concept était tellement bien fait que je n’avais nul besoin de m’approcher de ces machines d’imprimerie pour comprendre leur fonctionnement et y participer en faisant défiler l’image ou en cliquant dessus avec toujours cette voix suave pour me guider dans ce dédale de l’histoire de l’imprimerie : un vrai voyage virtuel dans le passé de 1796 à nos jours en 2 heures. Autrement, un bond de quelques centaines d’années en quelques minutes).  Alors, oui, le moment était agréable…

J’ai donc passé un moment sympa avec mon époux même si cela manquait cruellement de confort humain car impossible de sortir de notre bulle virtuelle si l’on voulait poursuivre la visite de ce musée qui ne comptait qu’un seul employé (à ma connaissance) pour tenir la caisse des entrées ainsi que la boutique souvenirs. Une situation qui nous met en face d’une autre conséquence des progrès technologiques. En effet, il est évident que le virtuel tue les emplois car il travaille 10 000 fois plus vite que nous. Sans compter que les marges d’erreurs sont assez réduites. C’est surtout un outil qui ne se plaint jamais, ne fait pas grève et ne demande aucune rémunération.

Le plus effrayant dans tout cela est que notre monde perd de sa réalité pour devenir malléable à volonté par des puissances occultes que je n’oserai affronter car impossible de réduire à néant le virtuel qui pourtant prend de plus en plus de place jusqu’à…

La visite de ce musée est une expérience qui permet d’élargir l’horizon de vue sur les nouvelles technologies. Cette expérience doit amener les visiteurs à comprendre ce qui a changé, ce qui va changer, quel usage on peut faire de ces nouvelles technologies… au bénéfice de la société, de l’humain, de l’univers. Nous devons toujours utiliser ces outils en ayant à l’esprit cette pensée de Rabelais qui écrivait, «science sans conscience n’est que ruine de l’âme » ! Et cela d’autant plus que, si on ne prend garde, au lieu de nous servir, les TIC vont finir par conduire l’humanité à sa perte !

Sonia

About The Author

Vous pourriez être intéressé par

Laisser un commentaire