STABILISATION DES PRIX : Les autorités veillent au grain

Malgré la morosité de la conjoncture économique mondiale due au Covid-19 et l’embargo imposé au Mali par la Cedeao, le gouvernement, soucieux du panier de la ménagère, déploie des efforts considérables pour maintenir les prix des denrées de première nécessité à un niveau accessible à la bourse des Maliens. « Il n’y a pas de feu en la demeure », rassure la Direction générale du commerce, de la consommation et de la concurrence (Dgcc).

Contrairement à certaines informations tendant à créer la panique au sein de l’opinion publique nationale, le ministère de l’Industrie et du Commerce, à travers la Direction générale du commerce, de la consommation et de la concurrence (Dgcc) en collaboration avec les opérateurs économiques du pays, mettent les bouchées doubles pour soulager les consommateurs. En plus des efforts financiers, notamment les subventions à hauteur de plusieurs dizaines de milliards F CFA et l’abandon de plusieurs autres droits au cordon douanier à l’importation, la Dgcc est résolument engagée contre les spéculateurs et les contrevenants à la réglementation commerciale. Ainsi, la situation des prix des produits sur le marché se présente comme suit :

Le sucre local pour contenir l’inflation

Aujourd’hui, le prix du sucre importé connaît une légère augmentation sur le marché. Selon une note technique de la Dgcc, cela s’explique par une insuffisance de l’offre sur les marchés de consommation en raison de la non disponibilité de la production locale de Sukala et de N-Sukala estimée à 8.893 tonnes et la mise en tierce détention de plus de 16.000 tonnes de sucre importé au profit des créanciers gagistes.

Aussi, soutient-elle que l’absence du sucre local sur le marché national est consécutive à la volonté des directions des unités sucrières à céder la tonne à 436 600 F CFA TTC.

Ce niveau de prix carreau-usine, rapporte le document, ne garantit pas le prix au consommateur de 500 FCFA/kg fixé par arrêté n°2021-4712/MIC-SG du 15 novembre 2021. D’où la sensible inflation observée sur le marché.

Par ailleurs, la note informe qu’en dépit de l’octroi d’une subvention à la consommation sous forme de baisse de 50% de la base taxable au cordon douanier à l’importation de 60 000 tonnes de sucre, le prix CIF (coût, assurance et fret) port africain s’est établi depuis plus de trois mois à 583 euros, contre 375 euros en décembre 2020, soit une hausse de plus de 50%.

Et de rappeler que la commercialisation du sucre local s’effectue dans le cadre d’un programme dit de jumelage qui subordonne l’importation du sucre à l’achat préalable et à l’écoulement de toute la production des unités sucrières.

Ainsi, au titre de la campagne 2021-2022, la production cumulée de Sukala et de N-Sukala en prévision est évaluée à 81.000 tonnes, contre un besoin annuel de consommation nationale de 350.000 tonnes environ, soit un gap de 269.000 tonnes à importer.

Pour contenir l’inflation, le gouvernement a pris des mesures qui sont en cours, notamment: la diligence de la signature des contrats de Sukala et de N-Sukala sur la base d’un prix de 370.000 F CFA TTC afin de garantir au consommateur l’achat du kilogramme à 500 F CFA ; le dégagement d’un couloir d’évacuation du sucre en cours dans les navires et en attente au niveau des ports de transit.

Tension maîtrisée sur les prix du gaz et du ciment

La situation des prix du gaz butane et du ciment est sous haute surveillance, soutient la note technique de la Dgcc. Elle explique que depuis plusieurs mois, le marché de ces produits connaît des tensions résultant des facteurs endogènes et exogènes.

S’agissant du ciment, la note justifie l’augmentation du prix par la baisse de la production nationale et le ralentissement du flux des importations à partir de la principale source d’approvisionnement du Mali. Cela a été observé bien avant l’adoption des sanctions de la Cedeao.

La baisse de la production nationale est aussi consécutive à une panne technique survenue au niveau de la principale usine de production de ciment (Diamond Cement).

A ce titre, il faut rappeler que la consommation journalière de ciment est estimée à 10 000 tonnes, dont la moitié seulement est assurée par la production nationale qui n’est satisfaite présentement qu’à hauteur d’un quart.

Concernant le gaz butane, le document rapporte que le prix CIF Dakar est passé de 270 800 F CFA en décembre 2020 à 585 000 F CFA en novembre 2021.

Et d’ajouter que compte tenu du prix fournisseur et des obligations liées au respect des prix subventionnés des bouteilles de 2,75 et 6 kg fixés respectivement à 1 335 FCFA et 2 910 FCFA, certains opérateurs gaziers ont choisi de renoncer aux opérations d’importation en attendant la révision de la structure des prix et le paiement de plusieurs mois d’arriérés de subvention en souffrance.

Lutte implacable contre la spéculation

Il est fréquent qu’en période de crise, certains commerçants soient tentés de spéculer sur les prix des produits, créant ainsi une inflation injustifiée. Les services techniques de la Dgcc, conformément à leur mission quotidienne, ont décidé d’intensifier les contrôles au niveau des marchés. Ainsi, en application de l’arrêté n°2021-4712/MIC-SG du 15 novembre 2021 portant administration des prix du riz brisure non parfumé, de l’huile alimentaire, du sucre et du pain, des équipes de brigades de la Direction générale du commerce, de la consommation et de la concurrence appuyées par des éléments de la police nationale ont été déployées sur le terrain.

Elles ont appréhendé plusieurs contrevenants contre qui des procès-verbaux ont été dressés et des lourdes sanctions prononcées conformément à la réglementation en vigueur.

Ces équipes de contrôle, il faut le rappeler, vérifient non seulement l’effectivité des prix indicatifs plafonds, mais également la régularité des transactions en exigeant la négociation des stocks anciens détenus avant l’embargo à leurs prix de revient majorés de la marge bénéficiaire habituellement pratiquée. Et la note technique est formelle : aucun dérapage des prix de quelque nature que ce soit ne sera toléré.

Par ailleurs, les autorités appellent les consommateurs à la sérénité et rassurent qu’il n’y a aucune raison de paniquer. Car la situation est sous contrôle, malgré la crise que vit le pays.

Dieu veille !

Harber MAIGA

About The Author

Vous pourriez être intéressé par

Laisser un commentaire