Toumani Diabaté et le London Symphony Orchestra : revue Kôrôlén – un équilibre inégal

Les rangs massés du LSO menacent de submerger la délicatesse culbutante de la kora de Diabaté dans cet enregistrement live de 2008.

La musique malienne n’a pas de plus grand émissaire que le maestro de la kora Toumani Diabaté, qui depuis 1988 a défendu sa patrie avec ses propres albums exquis et une série de collaborations qui dépassent les frontières qui vont du groupe de flamenco Ketama au joueur de banjo Béla Fleck, en passant par Damon. Albarn, le tromboniste de jazz Roswell Rudd et le compositeur brésilien Arnaldo Antunes. Ce virage avec le London Symphony Orchestra vient d’une performance Barbican en 2008, dans laquelle Diabaté et une poignée de stars maliennes ont allié leur musique à de riches arrangements orchestraux – un rappel, comme l’a noté Diabaté, que « notre musique est plus ancienne que Beethoven ».

C’était un geste typiquement audacieux, bien que parfois le classicisme s’avère un partenaire encombrant pour ses mélodies de kora dégringolantes. Les réglages restent sagement discrets pour des morceaux comme Mama Souraka et Elyne Road, se contentant d’ajouter des tourbillons de cordes et des bois hochant la tête. Ailleurs, la direction du LSO, menée par Clark Rundell, s’avère erratique. Il y a une coda orchestrale enjouée pour Moon Kaira, mais le balafon de type xylophone danse sur un air beaucoup plus jazzé, tandis que les cordes de la kora, du violon et du violoncelle rivalisent plutôt que se complètent. La finale de Mamadou Kante Keita présente la voix émouvante de feu Kasse Mady Diabaté, qu’un faux apogée lyrique submerge dûment. Une soirée spéciale, mais faite à la fois de gouffres et de confluences.

… nous avons un petit service à vous demander. Des millions de personnes se tournent chaque jour vers le Guardian pour des informations ouvertes, indépendantes et de qualité, et des lecteurs de 180 pays à travers le monde nous soutiennent désormais financièrement.

Nous pensons que tout le monde mérite l’accès à des informations fondées sur la science et la vérité, et à des analyses fondées sur l’autorité et l’intégrité. C’est pourquoi nous avons fait un choix différent : garder nos rapports ouverts à tous les lecteurs, quel que soit leur lieu de résidence ou ce qu’ils peuvent se permettre de payer. Cela signifie que davantage de personnes peuvent être mieux informées, unies et inspirées pour prendre des mesures significatives.

En ces temps périlleux, un organisme d’information mondial à la recherche de la vérité comme le Guardian est essentiel. Nous n’avons pas d’actionnaires ni de propriétaire milliardaire, ce qui signifie que notre journalisme est libre de toute influence commerciale et politique – cela nous rend différents. Quand cela n’a jamais été aussi important, notre indépendance nous permet d’enquêter, de défier et d’exposer sans crainte ceux qui sont au pouvoir.

(Visited 279 times, 1 visits today)

Vous pourriez être intéressé par

Autres chaînes

Laisser un commentaire