JOURNEES CULTURELLES A KAMBO : A la découverte du lac «Zaliè», ses rites et ses richesses

Renforcer la cohésion sociale, les valeurs de solidarité et de paix entre les communautés locales afin de promouvoir le vivre ensemble ! Telle est l’ambition principale des initiateurs des «Journées culturelles: le lac de Kambo ou lac Zaliè» dont la première édition est annoncée pour le 19 février 2022 à Kambo (un village de la commune rurale de Kadiolo situé à 7 Km au nord de la ville). Tournantes à l’échelle du cercle de Kadiolo, afin de diffuser et vulgariser  la culture sénoufo, ces journées ont été initiées par l’Association culturelle «Yèrèdon» de Kadiolo présidée par Lamissa Bamba dit «Kadiolo Nabi».

La première édition est donc consacrée au célèbre et millénaire lac Zaliè de Kambo, à 7 kilomètres de la ville de Kadiolo (480 Km au sud de Bamako). «C’est un lieu culturel fréquenté par des gens venant de plusieurs horizons pour exprimer leurs vœux aux génies du lac», expliquent les organisateurs dans le document produit pour présenter la manifestation. Avoir une bonne récolte, un riche bétail ; avoir des enfants, un époux ou une femme ; la prospérité, la santé… Tels sont les souhaits généralement exprimés et qui sont exaucés dans la plupart des cas. «C’est un lieu très vénéré qui se prête aussi à l’écotourisme…», soulignent-ils.

A travers ce festival, les organisateurs souhaitent mobiliser davantage les nouvelles générations autour de la pratique de ce rite séculaire ; promouvoir le respect des traditions culturelles ; baliser des pistes de sauvegarde du rite de la pêche collective du lac Zaliè de Kambo et aussi de l’environnement des lieux.  Et cela d’autant plus que ce lac est un précieux trésor qu’il faut préserver. «Le lac Zaliè constitue une source intarissable alimentant des puis du village, de Kadiolo et de Dioumaténé. Symbole de prospérité, ce lac permet aussi d’irriguer les plaines de Kambo, Bôrôkoba, Kadiolo et Dioumaténé… où d’immenses quantités de riz sont produites», rappelle  Yaya K. Sanogo, un cadre ressortissant de Kambo.

Ledit lac donne lieu annuellement à une pêche collective. «Ce rite a lieu depuis les temps immémoriaux et débute par des sacrifices, des offrandes aux esprits de l’eau. En marge de cette pêche, sont organisées des manifestations culturelles et des réjouissances populaires au niveau du site», explique M. Sanogo. Et d’ajouter, «ce rite est surtout l’une des plus  fortes expressions de la culture sénoufo à travers les arts, l’artisanat et des manifestations liées aux connaissances ésotériques. Sans compte l’expression du savoir et du savoir-faire liés à la pêche et aux ressources hydriques. Le lac est incontestablement un cadre par excellence d’expression de la diversité culturelle».

Vaste étendue d’eau douce située au nord du village de Kambo, ce lac prendrait sa source à Sinématiali (Côte d’Ivoire) et passe par Korhogo (Côte d’Ivoire), Karagouan et Touba. La légende rapporte que c’est un cours d’eau renfermant des crocodiles, des hippopotames et beaucoup de poissons. Les plaines environnantes abritent une faune assez riche avec des sangliers, des singes, de cynocéphales, des antilopes, des biches, des outardes…

Rendez-vous donc à Kambo le 19 février prochain !

Moussa Bolly

About The Author

Vous pourriez être intéressé par

Laisser un commentaire