LOGEMENTS ADMINISTRATIFS : Des occupants « illégaux » mis en demeure par le gouvernement

Sur le rapport du ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat, des Domaines, de l’Aménagement du territoire et de la Population, le conseil des ministres a pris acte d’une communication relative à la situation d’occupation des logements administratifs à Bamako et des mesures envisagées pour rationaliser leur gestion. C’était le mercredi 20 avril 2022 dans la salle de délibération du Palais de Koulouba, sous la présidence du colonel Assimi Goïta.

Dans le cadre de l’actualisation de la situation des logements administratifs, la direction générale de l’administration des biens de l’Etat a effectué, sur instruction du ministre chargé des Domaines, une mission qui a porté sur 142 logements administratifs dans le district de Bamako, rapporte le rapport du ministre. Selon le même rapport, les données recueillies par la mission font ressortir : cinquante-deux (52) logements dont la situation est conforme à la règlementation ; trente-six (36) logements dont les occupants ne disposent pas de décisions d’affectation ou dont les décisions sont expirées ;  cinquante-quatre (54) logements pour lesquels les investigations sont en cours.

Suite à ce constat, le conseil des ministres a instruit le ministre chargé des Domaines de notifier, par voie d’huissier, aux occupants irréguliers un délai de six mois au-delà duquel les contrevenants seront expulsés. La mise en œuvre de ces actions rentre dans le cadre de la rationalisation de la gestion des biens de l’Etat et s’étendra à toutes les régions administratives du pays, précise le même communiqué.

Auparavant, lors du conseil des ministres du mercredi 6 avril, sur le rapport du département de l’Urbanisme, de l’Habitat, des Domaines, de l’Aménagement du Territoire et de la Population, le conseil des ministres avait pris acte des conclusions de la vérification de la procédure de cession des bâtiments administratifs. L’Etat du Mali a mandaté, en 2013, l’Agence de cessions immobilières-SA à céder certains bâtiments administratifs afin de réaliser avec le produit de la vente de nouveaux immeubles pour reloger des services. Ledit mandat a porté sur 22 bâtiments administratifs, sur lesquels 17 ont fait l’objet de cession. A la suite de la cession des 17 bâtiments, il a été relevé une série de violations des clauses du mandat conféré à l’Agence de cessions immobilières, précise le rapport. Afin de faire la lumière sur ces violations, le gouvernement a commis l’Inspection des domaines et des affaires foncières à entreprendre des investigations qui ont abouti à des constatations, notamment le non reversement à l’Etat d’importantes sommes issues de la vente desdits bâtiments.

Au regard des éléments nouveaux qui ressortent du rapport d’Inspection, le conseil des ministres a instruit le ministre de l’Urbanisme, d’engager des poursuites à l’encontre des personnes impliquées.

Abdrahamane Baba Kouyaté

About The Author

Vous pourriez être intéressé par

Laisser un commentaire