Modibo-Mao-Makalou-economiste
0

DOUBLE SANCTION DE LA CEDEAO ET DE L’UEMOA CONTRE LE MALI : Modibo Mao Makalou demande à Assimi de prendre la perche tendue par l’UA

Le Mali est sous embargo de la CEDEAO et de l’UEMOA depuis le sommet du 9 janvier 2022 pour non-respect des engagements et pour refus de proposer un chronogramme annonçant la fin de la transition par l’élection d’un nouveau Président. L’éminent économiste Modibo Mao Makalou, sans détour et sans langue de bois pense que le Mali ne pourra pas tenir et qu’il urge de prendre la perche tendue par l’Union Africaine qui a proposé au gouvernement malien une durée de 16 mois. Avec des chiffres alarmants de manque à gagner dû aux sanctions de la CEDEAO, si les autorités ne font pas vite pour parer au plus pressé le Mali ne fera que s’enfoncer davantage et ne pourra même plus tenir ses engagements tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Le Gouvernement va-t-il être sourd à tous ces sons de cloche inquiétant ? Ne doit-il pas préserver les intérêts du peuple ?
Le President du Conseil de Paix et de Securite de Union Africaine
0

TRANSITION AU MALI : Le CPS de l’Union africaine a-t-il pris à contre-pied la CEDEAO en proposant 16 mois ?

Dans le communiqué publié sur les conclusions de sa réunion tenue le 14 janvier 2022 sur la situation au Mali, le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'Union africaine (UA) demande auxautorités de la transition de proposer un calendrier électoral en commun accord avec les parties prenantes, mais ne dépassant pas 16 mois. Le Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) a notamment exprimé son «soutien total» à tous les efforts visant à créer les conditions nécessaires pour favoriser le retour à l'ordre constitutionnel au Mali…
Mobilisation générale pour la souveraineté du Peuple malien face aux sanctions injustes de la CEDEAO et de la France
0

BRAS DE FER MALI-CEDEAO : Un compromis à l’horizon !

Les lignes semblent bouger dans le bras de fer qui oppose Bamako à la communauté internationale, notamment la Cedeao et l’Union africaine. Selon plusieurs sources, le Mali a mis une nouvelle offre sur la table (deux ans au lieu de cinq) pour la prolongation de la transition. De son côté, l’institution continentale propose un calendrier de 16 mois.
Colonel Assimi GOÏTA, Président de la Transition malienne
0

MALI : L’UNION AFRICAINE PRÉCONISE UNE TRANSITION DE 16 MOIS MAXIMUM

Le Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union africaine (UA) a préconisé vendredi une transition de 16 mois au maximum au Mali. Rejetant le calendrier de 5 ans puis 4 ans proposé par la junte, le Conseil estime que ce chronogramme constitue un allongement indu du processus de transition au Mali’, ajoutant qu'il est considéré comme ‘inconstitutionnel, inadmissible, inapproprié et constitue une grave obstruction au processus démocratique dans le pays’.