EXPLOITATION DU SOUS-SOLS DES PAYS AFRICAINS: Le peuple n’en profite point

Suite à l’exploitation abusif des sous-sols des pays africains au profit d’autres continent, un jeune banquier, qui préfère garder l’anonymat donne son point de vue. A l’en croire, il est plus que jamais temps, que le peuple africains jouisse des bienfaits que la nature a bien voulu mettre à sa disposition.

‘’En réalité les sous-sols des pays africains ont toujours été regorgés de ressources qui, n’ont jamais suffisamment profité au peuple africains. Prenons le cas du Mali, nous avons l’or un peu partout depuis Mathusalem, mais en discutant avec la population, leurs attentes ne sont pas comblées en termes de développement local. Pourtant, les acteurs du secteur estiment faire de leur mieux dans ce sens. Nos ressources orfèvres sont généralement exploitées par les sociétés canadiennes, sud-africaines, australiennes etc…

En ce qui concerne le cas du cotan congolais qui est utilisé dans la fabrication de condensateurs pour les équipements électroniques mais entre également dans la composition d’alliages de cobalt et de nickel dans l’aéronautique et particulièrement la fabrication des réacteurs et le cobalt dans la fabrication des turbines à gaz, mais certaines localités congolaises vivent une précarité inouïe avec son corollaire d’insécurité.

En revenant au lithium Malien, je vous prie de faire une petite recherche sur la répartition du capital de lithium mining. Vous allez sans doutes tomber de vos nids. Tant l’injustice est grande et flagrante.

Le développement n’est pas systématiquement lié aux ressources minières, le problème ce n’est pas non plus l’exploitation par une société étrangère, mais c’est l’intérêt de la nation que nous devons mettre en amont.

En outre le Mali est confronté à un sérieux problème de gouvernance, ce problème n’est pas tributaire aux autorités, mais plutôt au Malien qui doivent changé substantiellement. Avez-vous suivi les polémiques autour du dernier concours d’entrer à la police nationale ? Tous les maliens ont besoin d’un changement radical qui, doit se faire volontairement ou par la méthode d’application stricte et rigoureuse des textes, elle doit se faire sans réserve. C’est pourquoi je dis souvent que c’est l’esprit du Malien qui doit être refondé’’, a confié le jeune cadre de Banque Malien au journal ‘’Le Confident’’.

Dognoume Diarra

About The Author

Vous pourriez être intéressé par

Laisser un commentaire