CMDT : De 15 milliards de déficit à 5,465 milliards de bénéfice net

La 96ème session du conseil d’administration de la Compagnie malienne pour le développement  des textiles s’est tenue  samedi 23 avril 2022 dans un hôtel huppé de la place. Le président du conseil d’administration, Dr Nango Dembélé, enregistre un résultat net positif.

Les principaux points inscrits à l’ordre du jour de cette 96ème session ordinaire du conseil d’administration de la Compagnie malienne pour le développement des textiles étaient, entre autres, la présentation du bilan, de l’état financier et leur adoption.

A sa sortie de la rencontre le PCA Dr Nango Dembélé se réjouit du résultat net positif engrangé par la compagnie. « Le budget que nous avions présenté au début de l’année 2021, il était prévu un déficit de 15 milliards et à la clôture de l’exercice, nous nous sommes retrouvés avec un bénéfice net de 5,465 milliards de FCFA. Ce qui est très encourageant et a fallu à la Cmdt les félicitations du conseil d’administration », se réjouit le PDG de la Cmdt.

De 15 milliards de déficit à 5,465 milliards ; cela s’explique, selon le PCA, par deux choses essentielles: la bonne tenue des coûts du coton sur le marché mondial et l’application du plan d’austérité que la Cmdt avait encouragé. Un plan dont le renforcement avait été également encouragé par le conseil d’administration.

Ensuite, le président Nango Dembélé est revenu également sur ces informations qui prédisent déjà la mauvaise campagne agricole 2022-2023, à cause notamment du problème de l’indisponibilité de l’engrais. Problème qui, selon le premier responsable de la Cmdt, dépasse les frontières du pays. « Les gens oublient que l’Ukraine et la Russie sont les principaux exportateurs d’engrais sur le marché africain », souligne-t-il.

Toutefois, il explique que l’approvisionnement du pays en intrants se situe à deux niveaux : le niveau GIE qui concerne les intrants du système coton et le ministère de l’Agriculture qui a son propre système d’approvisionnement dans les zones hors coton. « Deux systèmes totalement différents car les marchés ne se passent pas à la même période », ajoute-t-il.

Malgré l’embargo, Nango Dembélé fait savoir : « Nous avons pu commencer l’approvisionnement des zones cotonnières. A la date d’aujourd’hui, pour le complexe coton, nous sommes au-delà des 47% et les livraisons continuent. Et pour le complexe céréale, nous sommes au-delà de 50%”.

Dr Dembélé reste optimiste même si l’embargo gêne le mouvement des intrants des ports de Dakar et d’Abidjan vers le Mali.

Pour rappel, la Cmdt a pu réaliser cette année un résultat extraordinaire alors que la totalité des engrais n’était pas disponible jusqu’à la fin de juin. En reflétant cette réalité, le PDG confirme que la  Cmdt n’est pas à un retard alarmant.

 

Abdrahamane Baba Kouyaté

About The Author

Vous pourriez être intéressé par

Laisser un commentaire