LUTTE CONTRE LES MALADIES TROPICALES NEGLIGEES : L’OMS salue les efforts du Mali

Jeudi 3 février 2022, au Centre international de conférence de Bamako (Cicb), le Mali a célébré la première édition de la Journée internationale de lutte contre les Maladies tropicales négligées (MTN). Une série de maladies liées à la pauvreté, aux mauvaises conditions d’hygiène et à l’absence de latrines. C’était sous la présidence du ministre de la Santé et du Développement social, représenté par Souleymane Traoré, en présence de plusieurs représentants des organisations partenaires.

Le thème retenu pour cette édition est : « Atteindre l’équité en santé pour mettre fin à la négligence des maladies liées à la pauvreté ». En effet, les Maladies tropicales négligées (MTN) sont les résultats d’une pauvreté endémique que vivent les régions les plus pauvres du monde. Le Mali n’en fait pas exception.

« Les MTN sont répandues dans les régions les plus pauvres du monde, où la sécurité sanitaire de l’eau, l’assainissement et l’accès aux soins de santé sont inférieures aux normes » lance le représentant du représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Dr Sidibé. Il ajoutera que ces maladies sont négligées parce qu’elles sont presque absentes du programme d’action mondial en faveur de la santé, bénéficient de peu de financement et sont associées à la stigmatisation et à l’exclusion sociale.

Selon Dr Sidibé, sur 207 pays et territoires que compte le monde, l’OMS a eu à clarifier 200 pays indemnes de ver de Guinée, 2 pays sont en voie de certification et le Mali figure parmi les 5 pays qui en sont endémiques. Il soutient par ailleurs que le Mali a réalisé des progrès considérables dans la lutte contre les MTN, mais certains défis majeurs à relever demeurent préoccupants. Il s’agit plus particulièrement de l’élimination du ver de Guinée et de la trypanosomiase humaine africaine (THA).

Pour le représentant du ministre de la Santé et du Développement social, Souleymane Traoré, les Maladies Tropicales Négligées (MTN), notamment le trachome, la filariose lymphatique, l’onchocercose, les schistosomiases, les géohelminthiases, la lèpre, la dracunculose, la trypanosomiase humaine africaine, bien qu’associées à une faible mortalité, ont des répercussions négatives sur la santé. « Ces maladies entrainent une morbidité importante, une stigmatisation, une discrimination sociale, et restent un obstacle au développement socio- économique », a-t-il confié.

Ces différentes maladies sont liées à la pauvreté, aux mauvaises conditions d’hygiène et à l’absence de latrines. Selon un rapport de l’Organisation mondiale de la santé, 4,2 milliards de personnes sont à risque dans 142 pays en 2021, affectant 1,5 milliard de personnes, soit près de 20% de la population mondiale. En Afrique, 620 millions de personnes sont touchées par le MTN.

A noter que cette journée a été célébrée dans les autres pays à travers le monde le 30 janvier dernier.

 

Abdrahamane Baba Kouyaté

(Visited 3 times, 1 visits today)

About The Author

Vous pourriez être intéressé par

Laisser un commentaire