Football : Les réformes du président Bavieux qui dérangent

Le président de la Fédération malienne de football, Mamoutou Touré dit Bavieux, fait l’objet d’une cabale ourdie par des individus qui semblent avoir peur des réformes en cours.

« Gestion par procuration des ligues régionales de football, relecture des textes pour amorcer le développement du football local… » Ce sont là des initiatives entamées par le président de la Fédération malienne de football, Mamoutou Touré.

Elu à la tête de la Femafoot avec un score sans rappel, Bavieux réalise des prouesses à ce poste. De l’indépendance à nos jours, aucune équipe régionale n’a gagné le titre de champion du Mali. Le constat est d’autant plus alarmant que le football malien se résume jusque-là à la capitale malienne. En prenant en compte les titres, le Stade malien a 20 titres de champion, 13 pour le Djoliba AC et 03 pour le Réal, uniquement des équipes de Bamako. C’est en coupe du Mali que l’exception confirme la règle : 1987 pour la coupe du Mali du Sigui de Kayes, 2012 pour Bougouni. Auparavant, en 1982, avec la finale perdue par le Biton de Ségou. À part les deux coupes, toutes les autres compétitions sont dans les vitrines des équipes de Bamako. C’est ce constat qui a attiré l’attention du président Touré: la gestion par procuration des équipes régionales. En d’autres termes, la majorité des présidents de ligue de football ne résident pas dans leurs régions. Ils gèrent par procuration le développement régional du football, par téléphone. Profitant d’une aisance financière, ils créent des clubs sur papier à des buts électoraux. Nous alertons la Fédération malienne de football pour ce changement de gouvernance dans notre football.  De donner la possibilité aux résidents, de développer la discipline sur place ou d’exiger la présence des présidents de ligue à des réunions ordinaires, au risque de perdre automatiquement le poste. Comment développer le football dans une région quand le premier responsable au niveau régional se pavane ailleurs ? Dans la plupart des cas, ces présidents se présentent dans leurs circonscriptions, juste pour sa réélection. Comment peut-on encourager la promotion régionale de la discipline sans la rigueur des textes ? Désormais, M. Mamoutou Touré a décidé de prendre ses responsabilités afin de donner le choix à certains présidents entre le développement de leur ligue régionale et un remplacement par un résident compétent. Avec  l’adoption d’un règlement financier, personne ne doit plus se servir du football comme fonds de commerce. Tous les présidents de ligue, à l’image du président du Comité exécutif, doivent désormais servir le football et non se servir. C’est la raison de la fronde actuelle contre le président qu’on accuse avoir augmenté ses indemnités. Que nenni !

Jean JACQUES

About The Author

Vous pourriez être intéressé par

Laisser un commentaire