SCANDALE DES LOGEMENTS SOCIAUX : Le Mali Kura attendra !

La semaine a été marquée par le scandale autour de la distribution de la deuxième tranche du programme des 12 566 logements sociaux. Le processus n’ayant pas respecté la procédure normale, le président de la transition a pris la décision de la suspension et de l’ouverture d’une enquête. Ce qui est aberrant est que certains hauts responsables sont associés à cette forme de corruption qui ne dit pas son nom.

« Un ministre m’a appelé ; Ben vient récupérer deux (2) logements. J’ai répondu : donne les deux (2)  aux victimes des manifestations du 10, 11, 12, 13 juillet 2020 ? », martèle Adama Diarra alias Ben le Cerveau, membre du Conseil national de Transition (CNT), sur un plateau de web TV. Cela dénote l’implication très profonde de certains hauts cadres du pays, pourquoi pas le Premier ministre ?

En tout cas, reste à savoir qui est ce ministre qui a endossé le rôle de distributeur du « butin » de guerre (les logements sociaux). Le partage de gâteau a été effectué entre les proches d’une transition qui affirme combattre les mauvaises pratiques, notamment la corruption, le népotisme, le clientélisme qui caractérisaient l’ancien régime.

Dans cette affaire, camarades de lutte du M5-RFP, cadres du Mouvement patriotique pour le renouveau (MPR), conseillers spéciaux, tous affiliés au Premier ministre Dr Choguel Kokalla Maïga, figurent sur la liste des bénéficiaires, sans pour autant avoir déposé de dossiers. Alors, la question de l’implication ou pas du PM ne mérite pas d’être posée.

Pour bénéficier des logements sociaux, les textes disent  qu’il faut  manifester l’intérêt   en constituant un dossier et  en  payant  une caution  auprès d’une banque  désignée à cet effet.  Par  la suite, une étude est  faite  sur chaque dossier pour  attribuer les maisons  à   ceux qui semblent être vraiment dans le besoin. Mais rien de tout cela.

Selon des indiscrétions, ces pratiques de distribution au grand dam des postulants datent depuis sous le régime de feu Ibrahim Boubacar Keïta. En guise de rappel, des dénonciations avaient été formulées en son temps contre l’ex-Premier ministre Modibo Keïta, dont les proches figuraient sur la liste.  En réalité, il s’agirait d’un système de quota qui confère le droit aux responsables d’institution de la République de désigner quelques bénéficiaires, surtout dans leur entourage. Est-ce la raison pour laquelle les proches du Dr Choguel Kokalla Maïga se retrouvent sur la liste ? Seul Adama Diarra dit Ben Le cerveau, à qui le logement a été proposé, a la réponse à cette question.

Ce qui est sûr, c’est que la gouvernance de rupture ne rime pas avec favoritisme. Choguel Kokalla Maïga semble être rattrapé par ses vieux démons.

Dieu veille !

Abdrahamane Baba Kouyaté

About The Author

Vous pourriez être intéressé par

Laisser un commentaire